Programme de jumelage de la CLÉP

mise à niveau

Philippe Paquette 
(automne 2020 et printemps 2021)

Après avoir travaillé un certain temps dans le domaine de l’hôtellerie, je me suis retrouvé en face d’une restructuration qui m’a, en fin de compte, fait perdre mon emploi. J’ai dû faire une réévaluation de ma situation et j’ai fait le choix, à 32 ans, de faire un retour sur les bancs d’école. C’est à ce moment que j’ai choisi d’étudier la traduction, alliant mon plaisir de l’écriture et mon désir de préserver et partager ma belle langue française.

Glass Buildings

J’ai plongé dans l’aventure et j’ai passé environ cinq ans à l’université pour me procurer deux certificats en traduction et un certificat en rédaction professionnelle. Bien que l’expérience ait été des plus enrichissantes, la voie vers l’emploi se présentait ardue une fois les cours terminés, principalement en raison des exigences d’expérience professionnelle exigées dans le domaine. Ayant occupé divers emplois, je tentais de faire ma dent dans mon domaine d’étude et j’avais été capable de dénicher quelques contrats, par-ci par-là, mais sans réussir à trouver un flux régulier de travail.

Grâce à une amie rencontrée à l’université, j’avais réussi à me dénicher un emploi comme rédacteur. C’était un pas de plus vers mon domaine, mais je n’étais pas où je voulais être professionnellement. J’y travaillais depuis presque quatre ans lorsque la COVID-19 frappa. Comme beaucoup de personnes, je me suis retrouvé, à 43 ans, sans emploi et dans une position précaire.

La pandémie avait commencé depuis déjà six mois. J’avais été chanceux et j’avais pu retrouver mon emploi après trois mois, en télétravail. Malgré tout, je cherchais encore à gravir l’échelon qui m’amènerait à être traducteur. Et c’est à ce moment que cette même amie m’a mis en contact avec Sylvie…

Lors de ma première rencontre avec Sylvie, j’ai rapidement ressenti sa passion pour le domaine de la traduction et son désir de partager ses connaissances et de s’impliquer de façon authentique dans la formation de ses mentoré(e)s. Elle m’a clairement expliqué le programme et l’objectif de la C.L.E.P., m’a fait passer un test de profil pour établir mes valeurs personnelles par rapport à mes valeurs professionnelles et a établi une approche personnalisée. Au cours des séances, Sylvie a été en mesure d’identifier et de me faire reconnaître mes forces et mes faiblesses, m’a donné des conseils et fourni des outils pratiques, efficaces et précieux afin que je puisse prendre confiance en moi et aller chercher l’emploi que je désirais.

Elle a testé les connaissances que j’avais acquises à l’université, m’a bien expliqué le contexte professionnel actuel du milieu de la traduction et a affûté les habiletés linguistiques dont j’aurais besoin pour faire ma place. Près de la fin du programme, l’envoi de candidatures spontanées avait commencé, et avec la régularité d’une horloge, j’ai reçu des demandes d’entrevue de bureaux de traduction et j’ai été en mesure de commencer ma carrière professionnelle en traduction.

Je suis persuadé que notre rencontre était providentielle. Sylvie a su m’offrir une expérience positive et, sans sa perspicacité et ses encouragements, je n’aurais probablement pas pu dénicher l’emploi que je désirais. Merci pour tout!

Glass of Milk

TRADINTER

[TRAD]uction [INTER]prétation